LES DIFFÉRENTS CULTES À LA RÉUNION

CULTE CATHOLIQUE
Le catholicisme est la religion la plus pratiquée. Les arrivants successifs étant souvent baptisés d’office. On compte environ 70 églises sur toute l’île. Certaines sont célèbres, comme celle de Notre-Dame des Laves, qui a failli être détruite par une éruption, ou celle de Sainte-Anne, qui a servi de décor à un film de François Truffault. En plus des fêtes de Noël ou Pâques, plusieurs pèlerinages dédiés à la Vierge Marie viennent rythmer l’année.

Le pèlerinage de la Vierge Noire
Le 1er mai, les Réunionnais viennent en pèlerinages à Sainte-Marie, devant la Vierge Noire. La légende raconte que la vierge protégea un esclave marron venu se réfugier à cet endroit.

Le pèlerinage de Notre-Dame de La Salette
En septembre, des milliers de réunionnais participent au pèlerinage de Notre-Dame de La Salette, à Saint-Leu. Pour remercier la vierge d’avoir épargné la ville pendant une épidémie de choléra, le curé Sayssac fit construire une chapelle en1859. Elle porte le nom du village des Alpes où Marie serait apparue à deux enfants en 1846. Depuis, La Salette est célébrée tous les ans, le 19 septembre, la date de la bénédiction de la chapelle.

CULTE CHINOIS

Après l’arrivée de la première vague d’immigrés chinois, venus de la région de Canton, dans les années 1860-1870, un temple a été construit à Saint-Denis, rue Sainte-Anne. Le temple Chan, édifié en 1896 serait ainsi le plus ancien temple chinois de France. Il est dédié à Guan Di, héros légendaire devenu dieu. Même si la majorité des Réunionnais d’origine chinoise se sont convertis au catholicisme, la volonté de perpétuer des traditions héritées des ancêtres reste forte. L’île compte cinq temples chinois. Le tout dernier a été édifié en 2017, à Terre Sainte, sur la commande de Saint-Pierre.

Les festivités du nouvel an chinois et l’anniversaire de Guan Di
Célébré en janvier ou février selon les années, le jour de l’an chinois est fêté en famille au temple, mais aussi dans tous les commerces tenus par les descendants d’immigrés chinois. En juillet, c’est l’anniversaire de Guan Di. Les festivités se déroulent autant dans les temples de Saint-Denis et Saint-Pierre que dans les rues, avec des défilés, danses et animations. Pour le repas d’anniversaire, on mange 9 plats, un chiffre porte-bonheur.

C’est nouveau !
Un temple bouddhiste tibétain a ouvert ses portes à Montvert Les Hauts en septembre 2019. C’est le tout premier de la zone Océan Indien.

CULTE MUSULMAN
Dans l’île, on a pour habitude d’appeler les Réunionnais de confession musulmane des Zarab’. En réalité, les premiers musulmans arrivés dans l’île au XIXe siècle étaient des Indiens, originaires du Gujarat. L’islam est aussi pratiqué par les Karanes, originaires de Madagascar, ainsi que les Mahorais et les Comoriens venus s’installer dans l’île. L’île compte une dizaine de mosquées. Celle de Saint-Louis, toute bleue, compte parmi les plus belles.

ID-UL-ADHA KEBIR 
Cette fête commémore la foi d’Ibrahim (Abraham dans la tradition judéo-chrétienne) qui avait accepté de sacrifier son fils Ismaël sur ordre de Dieu. La fête du sacrifice marque la fin du Hadj, le pèlerinage à la Mecque. Petite particularité locale : il arrive que des boeufs soient sacrifiés à la place des moutons.

ID-UL-FITR
Cette fête marque la fin du Ramadan, le mois sacré du jeûne. À cette occasion, de grandes prières et des repas partagé sont organisés notamment à Saint-Denis et Saint-Pierre.

CULTE HINDOU
L’hindouisme est pratiqué par environ un quart des Réunionnais, les premiers “Malbars”, nom donné aux immigrés indiens, ont emmenés avec eux des traditions rurales du Tamil Nadu. L’île compte moins d’une dizaine de grands temples, mais un nombre incalculable de chapelles.

La marche sur le feu
Après avoir respecté un carême strict, les pénitents traversent un braiser en signe de dévolution à la déesse Pandialé. La cérémonie se termine par des sacrifices d’animaux. En janvier (mais aussi tout au long de l’année).

Le dipavali
La fête des lumières symbolise la victoire du bien sur le mal. Ne manquez pas les défilés de chars, concerts et animations dans toute l’île. Le défilé le plus connu reste celui de Saint-André. En octobre/novembre.

Le cavadee
À la fin de la fête des 10 jours, dédiée à Muruga, les pénitents entament une procession en portant le cavadee, un portique en bois décoré. Ils ont souvent le corps transpercé d’aiguilles, en signe de dévotion. En janvier/février.

Le nouvel an tamoul
Le Puthandu est le jour où dieu Brahma commença la création de l’univers. Des défilés, concerts et animations sont organisées pour l’occasion. En avril.

Laisser un commentaire

EnglishFrançaisDeutsch